Notre projet de jardin partagé à Bousbecque ou comment l’ACEB joue son rôle d’association environnementale !

Décembre 2019

Projet présenté en Mairie le 25 novembre 2019 par :

L’ACEB  l’Association Citoyenne pour l’Environnement à Bousbecque

 Préambule : Suite à l’abandon par les agriculteurs de leur projet de centre de méthanisation situé derrière la nouvelle caserne des pompiers (SDIS) et faute de pouvoir disposer du terrain en question (La nouvelle municipalité actuelle s’y refusant) et du fait que cette nouvelle municipalité enclenche à son tour un projet de ZAC afin de bétonner le même espace pour y dresser une zone artisanale, suite à tout cela donc, l’association ACEB qui refuse globalement de voir des terrains agricoles toujours plus bétonnées, a imaginé une alternative verte. Voir ci-dessous notre proposition de Potager-Verger communal citoyen biologique en permaculture …

 Notons qu’actuellement le terrain appartient à la commune, il est en zone agricole.

Proposition de l’Aceb => Potager-verger-bois communal participatif et citoyen à construire avec les citoyens de Bousbecque et d’ailleurs => Inspiration : jardins ouverts et néanmoins clôturés  avec des églantiers, prunelliers et autres arbustes régionaux piquants.

Pourquoi cette proposition ?  ses Buts … :

  • + d’autonomie alimentaire pour tous ( peut être un jour y compris pour le restaurant municipal/communal, selon les normes et règlements )
  • Vers une agriculture écologique bio ( + de santé publique = économies sécurité sociale, hôpitaux …)
  • cultiver et se cultiver : aspects pédagogiques

Pour qui ? :

  • les habitants qui participent à la culture, à la récolte, à l’entretien, etc … reçoivent des récoltes partagées
  • Le restaurant municipal donc les enfants des écoles et ALSH prioritairement (fourniture des légumes et fruits) ;

Où ? Quel espace disponible ?

  • Superficie : 5 ha = c’est 5 fois l’Amap qui fournit l’Amap de la Lys à Halluin

Comment ? Ce point peut et doit être construit avec les habitants

  • Culture participative et partagée et pédagogique ( savoir par la suite cultiver chez soi et même en pots )

Avantages :

  • Le terrain peut rester classé en zone agricole
  • Pas d’achat de terrain par la commune, c’est déjà un terrain communal/ public
  • Superficie permettant de multiplier les types de culture et les intervenants : agriculteurs professionnels , habitants : chacun aura une place
  • Facilement joignable à vélo ou à pied du centre ville
  • Santé alimentaire : légumes frais et bio
  • Moindre cout de ces légumes /leur qualité
  • LIEN SOCIAL – LUTTE CONTRE LES EXCLUSIONS, renforcer les liens entre les habitants
  • AGIR POUR LE CLIMAT ET LA PLANETE, produire et consommer local, être garant de la biodiversité, de la nature en ville …

Inconvénients :

  • La rocade : pollution sonore et air , danger = butte à aménager ? végétation coupe-vents et bruits ?
  • relative coupure avec le centre ville

Avec qui ?Qui cultive ?

  • Les citoyens de Bousbecque : enfants des écoles, alsh, adultes, familles, handicapés, maison de retraite … = tout le monde , chacun selon ses moyens
  • les citoyens volontaires d’autres communes en France ou en Europe, ou citoyens accueillis des jumelages de la commune
  • Des personnels municipaux dédiés à la bonne gestion du lien
  • des personnels associatifs
  • les agriculteurs qui cultivaient cette parcelle auparavant
  • les maraichers intéressés par le projet

Combien çà coute  ?  Combien / comment çà rapporte ?

LA GESTION DE CE LIEU PARTICIPATIF :

  • Un ou des agents communaux « service espaces verts » coordonnent la construction de ce lieu avec les habitants : besoins , souhaits des habitants …

Une personne à temps plein co-ordonne les besoins matériels, la gestion des plantations, les actions des citoyens( culture, récoltes), assurent la coordination de la transmission pédagogique et l’ouverture et la fermeture de ce bien public communal.

  • Les citoyenscultivent, entretiennent, récoltent.
  • il faudrait gérer cet espace en plein dialogue avec les agriculteurs y cultivant actuellement : construire le projet avec les agriculteurs en les intégrant dans le projet en fonction des buts de cet espace .
  • il faudrait également ouvrir ce projet aux maraîchers cultivant actuellement à Bousbecque
  • Récoltes partagées en fonction du temps passé pour la vie du lieu par exemple + pourcentage dédié aux œuvres sociales + surplus vendus ? à élaborer …
  • Critères pour profiter de la récolte : les citoyens payent en temps de présence ? critères sociaux ? … à définir en commun … et à adapter au fil du temps .
  • Lieu clôturé : attention aux vols, dégradations, déracinements = clôture de haies d’églantiers, prunelliers par exemple …
  • le gain en achats de légumes pour la cantine ainsi que la participation compenserait les frais de personnel : cet espace serait un investissement pour l’avenir proche lorsque le lieu pourra fournir le restaurant municipal
  • cet espace ne fait aucunement concurrence aux agriculteurs de la vallée de la lysessentiellement tournés vers la filière laitière et céréalière
  • cet espace représente un investissement pour l’avenir garantissant à l’ensemble de la commune une certaine autonomie alimentaire face aux changements climatiques qui entraîneront sécheresse donc rareté et hausse des prix des denrées alimentaires
  • La puissance publique peut mettre en régie directe : rémunération et gestion directe des carrières des agents – fonctionnaires ou chargés de mission

PROBLEME : politique d’économies concernant les emplois publics à tous les échelons et y compris à Bousbecque …

Ou

  • La puissance publique peut mettre à disposition ou faire une convention d’occupation du terrain à une association qui se charge d’employer les agents qui gèrent le lieu.

Pour cela il faut des adhérents ou des forces vives : les citoyens désirant profiter des récoltes, d’autres associations adhérentes, ou bien encore vendre certains produits

  • Il faut aussi des subventions publiques ( Europe, Etat, Région, Département, Communauté de communes ) et financements autres (ONG, dons, etc ) ; voire organisme internationaux / changement climatique …
  • Voir s’il existe des dispositions spécifiques dans le cadre de l’économie sociale et solidaire.

–   Voir comment font les Planteurs Volontaires par exemple pour financer leurs 3 emplois.

–  Voir si possibilité  par rapport à l’appel à projets permanent de la MEL « Mets la transition dans ton quartier »lancé en 2016 : « L’objectif : soutenir des initiatives de transition citoyenne d’intérêt collectif. Elles devront répondre concrètement aux enjeux de la transition énergétique, écologique et sociale et favoriser le passage à l’action des citoyens.

https://www.lillemetropole.fr/actualites/appel-projets-permanent-mets-la-transition-dans-ton-quartier?amp

Que peut-on y trouver ?

  • potagers: potager communal fournissant la cantine scolaire, potager partagé des habitants, carrés ou cercles potagers individuels( cf friche St So – gare st sauveur Lille) : espèces régionales cf CRRG
  • verger commun et communal: espèces régionales cf CRRG
  • «  micro- forêt millénaire » / bois communal
  • ruches d’abeilles et miel
  • toute la végétation choisie en partenariat avec le CRRG( légumes, fruitiers …)
  • fleurs et herbes sauvages comestibles cf Conservatoire national botanique de Bailleul
  • abris pour les animaux auxiliaires sauvages : insectes, hérissons , perchoirs à rapaces …
  • composts
  • toilettes sèches
  • réservoirs d’eau de pluie
  • abris à outils et matériels ; broyeurs pour Mulch
  • basse-cour ( poules, canards, oies ) ; 1 mouton ou brebis pour l’entretien etc ?
  • partenariats possibles avec centres équestres, âneries, éleveurs …
  • un espace mini prairie « soleil-détente- événements »

Elaborer tous ensemble un plan et une esquisse colorée du projet …

avec : arbres et légumes régionaux  : haies, fruitiers … fleurs et herbes sauvages

Notons que cette vision de jardin partagé peut se faire dans un autre endroit que derrière le SDIS et aussi sur une surface différente – 1ha doit déjà suffire à un tel projet ambitieux.

Info de dernière minute : Le projet de ZAC voulu par le maire actuel de Bousbecque a été refusé au PLU.2 par la MEL. Les parcelles concernées resterons en zone Agricole. 

2 Commentaires

  1. Bravo aussi à vous pour cette foule de projets, même s’ils ne pourront pas tous voir le jour dans l’immédiat; mais vous semez de belles graines d’idées pour les générations futures.
    Déjà que les terres agricoles soient préservées d’une énième bétonnisation, c’est super ! Maintenant tout reste à faire et à consolider vers un espace agro-forestier et maraîcher ambitieux dans ses déclinaisons. J’ai apprécié que vous considériez qu’un seul ha suffirait déjà à lancer un vrai contre-projet solidaire et nourricier. 5 ha ça semble beaucoup pour une équipe même motivée afin d’être crédibles vis-à-vis des diverses autorités administratives concernées, sauf à avoir des adhérents nombreux .

    • Merci, votre analyse sur les deux sujets que sont la friche du château et le projet ambitieux de jardin partagé, nous encourage à poursuivre notre quête du « Toujours plus de respect de l’environnement et du mieux vivre ensemble notre planète ».
      Benoit VOUTERS, Co-Président de l’ACEB

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *